:::FrenchBento:::

le premier blog sur les bento en français

10 septembre 2009

le New York Times cause bento...

Hélas, de bento seulement, pas de FrenchBento. Ca aurait été la grande classe. Mais nous pouvons faire cocorico avec Bento&Co, et saluons Lunchinabox, excellent site s'il faut encore le dire, ou ma copine Sheri de la boutique I love bento....

L'article en ligne ici.
Voici une capture d'écran:


NYTIMES

Dans ma grande mansuétude, je vous donne une traduction maison. Vous êtes mignons, vous ne m'écrivez pas pour pointer les maladresses de traduction (sauf horrible contre sens). Par exemple, oui je sais, des sushi, c'est pas vegan: écrivez au NY Times pour leur dire. J'ai fait ça à la rache et je ne suis pas traductrice. Que les vraies traductrices me pardonnent.
Ah oui, les NDT sont les notes que j'ai ajouté. 
Toutes les photos: New York Times

09bento600

Cette traduction a pour but de rendre service et non de faire une concurrence déloyale au NYTimes, de léser l'auteur ou de court-circuiter un service de traduction payant qui existerait.

(les photos suivantes ne correspondent pas forcément aux personnes mentionnées à leur hauteur. Je replace juste le diaporama du NYTimes pour illustrer le texte suivant, sinon un peu austère)

29893213Avec ses chatons sculptés dans du riz et de ses fleurs de patate douce, Sheri Chen s'est lancé dans le bento pour sa fille de deux ans, très difficile en matière de la nourriture.
"Je suis contrainte de façonner sa nourriture pour qu'elle ressemble à un personnage qu'elle reconnait, explique Mme Chen, une maman au foyer de 42 ans, habitant à San Leandro, Californie. Si son oeuf dur est en forme de lapin et qu'il tient une mini-carotte, elle les mangera.
Pour sa fille, Mme Chen utilise des emporte-pièce de pâtisserie pour faire des légumes en forme d'étoile, des piques décoratives, un haut-de-forme en plastique avec des morceaux de nori; les tomates cerises deviennent des visages souriants et des créatures à moustache.
Parmi les ruses qu'elle emploie, les bento boxes, la version japonaise des lunchboxes, à l'effigie des personnages de dessins animés.

On pourrait croire que tout cela n'est qu'enfantillage, mais cette dimension ludique a fait des bento boxes, ou obento comme les japonais les appellent - des objets de plus en plus populaires chez les adultes américains.
Ceux qui suivent un régime y voient une façon très instructive de contrôler leurs portions, le côté artistique de la préparation des ingrédients est une bonne façon de cuisiner santé pour des parents sensibilisés à la question, et pour d'autres encore les bento sont tout simplement une façon de rendre ses repas ludiques ou de s'adonner à sa passion du Japon.

Au Japon, ces repas compacts et compartimentés contiennent traditionnellement du riz, des légumes en saumure, du poisson ou de la viande. Les mamans japonaises réalisent ces bento avec fierté, tout en espérant que le bento de leur enfant sera plus beau que celui des autres mamans, explique l'auteur de livres de cuisine japonais Hiroko Shimbo.
Elle ajoute que l'art du bento est quasiment élevé au rang de culte.

29893204Mais c'est également le cas aux Etat-Unis. Samedi à Central Park, dans le cadre du Festival Crossing the Line, l'Alliance Française proposera une dégustation de bento boxes dont les contenus seront réalisés par certains des chefs français et américains les plus en vogue — comme Inaki Aizpitarte, Pascal Barbot, Alexandre Gauthier, Michel Bras, David Chang and Wylie Dufresne.

Sur un plan bien plus plébéien, le site Amazon.com affirme que les ventes de boîtes à bento et accessoires comme les moules à oeufs ou à riz, piques en plastique en forme d'animaux ou de fleurs ne cessent de progresser.
Cependant, la dimension c'est-tellement-mignon-oh-mon-dieu n'est pas le seul facteur de succès.

Jordan Smith, un étudiant de 20 ans en Sciences Politiques à Yale, a commencé à faire des bento au lycée, à Port Orange, Floride. "Je faisais partie de l'équipe de football", nous dit M. Smith, "aussi j'essayais d'avoir un régime alimentaire aussi équilibré que possible". Il groupait alors souvent protéines, riz et légumes: "J'emportais souvent des pois gourmands, des tomates, carottes... en gros des aliments relativement colorés et qui aient du goût". Il a dû subir quelques quolibets ("non mais regardez ce blanc qui se prend pour un japonais!"), mais cela ne l'a pas découragé. "La culture japonaise est de plus en plus populaire, de toute façon." précise-t-il.
Il confectionne toujours des bento, mais aujourd'hui plus dans un soucis d'économie en faisant son déjeuner lui-même.

Debra Littlejohn, 52 ans, ingénieur en contrôle de qualité de la ville d'Edmonds, Washington, a calculé qu'elle et son mari 29807737dépensait 400$ par mois en prenant leur déjeuner à l'extérieur tous les jours. En juin dernier, elle a décidé d'emballer les restes de leurs dîners et de les emporter pour le déjeuner du lendemain. "Si je devais évaluer le coût de chaque ingrédient, je dirais que chaque boîte déjeuner coûte environ 2$". Debra aime trouver des façons esthétiques de présenter la nourriture dans ses boîtes. Le contenu de l'un de ses déjeuners récents: un assortiment de moitiés de figues multicolores, de l'aubergine au curry, des feuilles de laitue et des carottes violettes. Je n'ai pas le temps de sortir mes toiles et mes pinceaux de leur tiroir. Préparer mon déjeuner tous les soirs me permet d'exprimer mon besoin de création au quotidien, sans lequel je pense que j'imploserais."

La dimension créative est au moins aussi importante que le goût et la nutrition pour Jason Miller, étudiant en anthropologie à l'Université Sud Floride. "Ajouter un élément rigolo n'est pas plus compliqué, dit-il. Il a récemment fait des onigiri - les triangles de riz collant aux farces variées. "Au lieu de les consommer tels quels, je découpe du nori en bandelettes et je transforme mes onigiri en sumotori. Le côté esthétique est ce qui différencie le bento du simple tupperware, selon Makiko Itoh, 46 ans, qui habite à côté Zurich, auteur du site Justbento.com consacré aux bento, accessoires, recettes et forums de discussions. "La nourriture disposée de manière esthétique accroît l'appétit, puisque nous mangeons avec nos yeux autant qu'avec nos papilles et nos estomacs, affirme Mme Itoh, qui est née au Japon mais a vécu à New York. C'est un élément cetainement plus pregant à la gastronomie et la culture japonaises qu'aux autres cuisines.

29824402Selon Makiko, les bento reflètent la croyance japonaise selon laquelle chaque repas doit comporter cinq couleurs - une version de la pyramide alimentaire. Cela permet aux gens de se souvenir facilement comment diversifier leur nourriture, et ceci d'autant plus que les aliments les plus colorés sont souvent les fruits et les légumes. "Et c'est vérifiable dans la plupart des repas, ajoute-elle. "Prenez par exemple du pain de mie (blanc, même si vous utilisez du pain complet) tartiné de beurre de cacahuète ou de viande froide (marron), une salade (vert) avec des poivrons et des tomates cerises (rouge) et une banane en dessert (jaune). Un bon équilibre des goûts, des textures et des méthodes de cuisson sont également des éléments de construction d'un bento.

Pour Sheri Lindquist, les bento représentent un choix santé pour ses cinq fils, mais surtout pour son mari, après un triple-pontage. Je ne leur fais pas de bento tous les jours, dit Mme Lindquist, 48 ans, de Denair, Californie. Mais si je tombe sur un aliment peu ragoutant pour les yeux mais bon pour la santé ou tout simplement si je veux leur donner quelque chose de nouveau, je vais le présenter de manière ludique. Des boulettes d'épinards panées avec des oreilles et des visages de carotte par exemple..."
Cependant, Sheri a éprouvé du mal à se procurer des piques en forme de giraffe ou des perforeuses à nori en forme d'étoile,  presque tous ces accessoires étant vendus presque uniquement au Japon. En mars 2008, elle décide donc d'ouvrir sa propre boutique en ligne, i