:::FrenchBento:::

le premier blog sur les bento en français

02 novembre 2008

"Le Soleil" de Québec en parle...

Le tout premier article qui a mentionné FrenchBento, à peine deux mois après sa création. Bien sûr j'ai un petit pincement spécial pour cet article, je peux vous dire que ça m'a fait tout drôle et que j'étais toute contente....
C'était en septembre 2007.

banni_re

L'article n'est plus en ligne, et à l'époque, je n'avais pas eu le réflexe de faire des sauvegardes d'écrans. Je n'ai conservé que le texte...

Dans ses compartiments, pleins de petites bouchées que l’on déguste des yeux avant d’engouffrer. Minutieusement confectionnés, les bentos pour les petits comme les plus grands peuvent prendre des heures à assembler.

Mais nul besoin d’autant d’efforts pour tirer profit de ces boîtes à lunch japonaises. Il suffit de respecter quelques principes de base — et d’un soupçon d’inspiration — pour y arriver.

Un bento inclut habituellement « du riz et au moins trois à quatre choses différentes comme l’omelette, une petite salade, des algues, un petit peu de poisson et de viande », explique Tokuloli Shimoda, propriétaire du restaurant japonais Tokyo, à Québec.

Pour assurer un repas balancé comme une présentation soignée, il devrait contenir au moins un mets représentant chacun des groupes du goshiki (cinq couleurs) basé sur les principes traditionnels de la cuisine japonaise : orange, jaune, vert, blanc et noir, violet ou brun.
Le bento permet, grâce à ses divisions, de fixer des portions raisonnables. « Il nous force aussi à varier, c’est super intéressant », note la nutritionniste Geneviève O’Gleman, qui livre bataille contre les lunchs monotones. « Les antioxydants se cachent dans les pigments : avec des repas colorés, on obtient plus d’antioxydants aux propriétés différentes », ajoute-t-elle.
Grillé, frit, bouilli, sauté, mariné, poché, nature

La seconde règle du bento : employer plusieurs techniques de cuisson, un autre moyen de plaire aux papilles. La boîte devrait toutefois réunir un élément de chaque groupe alimentaire, souligne Mme O’Gleman.
Elle peut, par exemple, contenir du saumon grillé, un cube de fromage, du riz frit, de la salade de chou et une pomme pour dessert. Les textures sont ainsi variées, ce qui rend le tout plus agréable, insiste la nutritionniste. « Le dîner, c’est une pause pour se faire plaisir, pour mieux partir pour l’après-midi, appuie-t-elle. Pour retirer un plaisir dans la boîte à lunch, elle doit faire intervenir les cinq sens. »

Recyclage artistique
Les bentos sont très pratiques pour recycler les restes les plus menus. « Une rondelle d’aubergine, une cuillerée d’omelette, un centimètre de blanc de poulet. Tout passe pourvu que ça soit bien présenté », expose Gaëlle Charlot, une Française résidant au Japon.
Au pays du Soleil levant, on trouve une panoplie d’accessoires mignons et pratiques : des petits pics à planter dans les légumes, des minicoupelles en papier, des microbouteilles à tête d’animaux pour la sauce, des moules pour imprimer des visages sur les œufs durs, les rôties ou le riz, des feuilles d’algues en forme de Hello Kitty, des petites boîtes à mayonnaise avec leur cuillère lilliputienne... « Il y a même des professionnels qui moulent le riz en forme de tête de personnage », illustre Mme Charlot, dépassée par le phénomène.

« Bricoler » un bento n’a toutefois pas à être dispendieux et fastidieux. Deborah Hamilton, qui tient un blogue sur le sujet, tend à universaliser la boîte nippone en y incorporant des mets de tous les horizons.
Faute de caissette décorée, Mme Hamilton utilise des contenants hermétiques avec ou sans division, qui font aussi bien l’affaire. On peut aussi y ajouter des accessoires improvisés dénichés dans les magasins à un dollar : des coupelles à muffins en silicone pour séparer les mets, des petits récipients pour les condiments et autres cure-dents amusants.

Bento santé
Bien qu’on ne soit point obligé d’incorporer des mets asiatiques à son bento, les Québécois auraient avantage à adopter quelques habitudes alimentaires japonaises. Mme O’Gleman nous encourage d’ailleurs fortement à apprêter le tofu et à cuisiner végé plus souvent.
« Les Japonais mangent moins de viande, mais pas moins de protéines », note-t-elle. De plus, ils parfument leurs recettes avec des aromates au lieu d’employer des tonnes de sel. Les algues, bourrées d’oligo-éléments, gagnent également à être découvertes. Ne reste qu’à apprivoiser les baguettes !

Sources d’inspiration
-frenchbento
-bentolunch sur Livejournal
-e-obento
-bentoboxes sur Flickr


 

Posté par mook à 10:00 - Frenchbento dans la presse - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Je comprends que tu aies eu un pincement : quelle fierté ! En tout cas c'est mérité ! Tu es maintenant une référence du bento (en tout cas pour moi ^_^). Bravo !

    Posté par Nathalie, 02 novembre 2008 à 13:27
  • nostalgie

    quand tu nous tiens. Bien sympa de rappeler la naissance du site à ceux qui n'étaient pas encore là.
    Longue vie à French Bento !

    Posté par Nick, 02 novembre 2008 à 18:14
  • Eh oui...

    Du coup ça donne envie de se replonger dans les archives... C'est pas comme ça que le boulot va avancer... ))))
    Au fait, j'ai fait une de tes recettes hier... voir mon blog ! Mmmmmmmmhhhhhhh...
    Bises de Capp

    Posté par Cappuccinette, 03 novembre 2008 à 09:15
  • C'est à cause de cet article que je viens te voir tous les jours! Et que mes lunchs se sont beaucoup améliorés...

    Je te souhaite encore plein de bonne pub!

    Sophie

    Posté par Sophie Québec, 03 novembre 2008 à 14:12
  • ::: mes réponses:::

    ::: merci à vous! :::

    ::: capp, tu n'as pas l'air si emballée par les muffins? en même temps mes recettes sont toujours un peu bancale à cause de cette satanée improvisation maladive!

    Posté par mook, 05 novembre 2008 à 13:49

Poster un commentaire